• Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur

    Titre : Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur (préquel à la trilogie)

    Auteur : Suzanne Collins 

    Genre : Science-Fiction  Jeunesse

    Collection : Pkj

    Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur

     

    Résumé ; 

    Dévoré d'ambition

    Poussé par la compétition

    Il va découvrir que la soif de pouvoir a un prix

     

    C'est le matin de la Moisson qui doit ouvrir la dixième édition annuelle des Hunger Games. Au Capitole, Coriolanus Snow, dix-huit ans, se prépare à devenir pour la première fois mentor aux Jeux. L'avenir de la maison Snow, qui a connu des jours meilleurs, est désormais suspendu aux maigres chances de Coriolanus. Il devra faire preuve de charme, d'astuce et d'inventivité pour faire gagner sa candidate.

     

    Mais le sort s'acharne. Honte suprême, on lui a confié le plus misérable des tributs : une fille du district Douze. Leurs destins sont désormais liés. Chaque décision peut les conduire à la réussite ou à l'échec, au triomphe ou à la ruine.

     

    Dans l'arène, ce sera un combat à mort.

     

    Pour assouvir son ambition, Coriolanus parviendra-t-il à réprimer l'affection grandissante qu'il ressent pour sa candidate, condamnée d'avance ?

     

    Mon avis ;

    Retrouver l'univers d'Hunger Games fut très plaisant néanmoins cela n'a pas été un coup de cœur comme la trilogie.

    Découvrir la jeunesse de Snow et son ascension au pouvoir était agréable, rentrer dans ses pensées permettait de mieux le cerner et dans mon cas pas vraiment de l'apprécier mais je me demandais toujours jusqu'où est-il prêt à aller.

    Ce qui a été un plus c'est le fait de connaitre le début des jeux ; leur mécaniques pas encore mises en place, le développement toujours plus violent, les enjeux politiques, le questionnement sur la nature humaine.

    Au niveau des autres personnages ils sont attachants à leur manière, Tigris la cousine qui fait tout ce qu'elle peut que j'avais hâte de retrouver car le personnage m’intéressait beaucoup n'a finalement pas pris beaucoup de place, 

    Sejanus l'idéaliste révolté contre la capitole si franc et honnête jusqu'à se créer des ennuis était intéressant bien que niais, sa mère qui regrette son district et passe son temps à cuisiner et qui comme son fils ne s'acclimate pas au Capitole était un personnage distrayant bien que très peu développé et enfin quand à Lucy et les Coveys ; Lucy est un personnage innocent et sincère il est facile de s'attacher à elle, cependant elle m'a vite ennuyée. Les Coveys furent distrayants au niveau de leur spectacles uniquement.

    Les clins d’œil à la saga sont nombreux et nous permettent d'avoir les informations qui ont conduit à la trilogie mais ce préquel n'est en revanche pas indispensable.

    Si vous avez aimé la trilogie il vous permettra de retrouver cet univers.

     

    Hunger Games : La ballade du serpent et de l'oiseau chanteur

    La neige se pose toujours au sommet.

     

    Sans contrôle, le chaos s’installe. Qu’y a-t-il à dire de plus ?

     

    "- Il est certain que ça ne fait que confirmer son opinion sur l’humanité. Surtout le fait d’utiliser des enfants.

    - Comment ça ? s’étonna le doyen Highbottom.

    - Parce qu’ils sont considérés comme innocents. Sauf que, si les plus innocents d’entre nous se changent en tueurs dans les Hunger Games, que peut-on en déduire de nous ? Que notre nature est intrinsèquement violente."

     

    Les Hunger Games eux-mêmes avaient ceci de génial qu'en opposant des enfants des districts entre eux ils garantissaient au Capitole de garder les mains propres. La torture qu'avait subie Marcus était sans précédent. Sous la férule de la Dr Gaul, le Capitole venait de franchir un nouveau palier dans les représailles.

     

    Ce que vous avez vu dans l’arène, c’est l’humanité sans fard. Celle des tributs, et aussi la vôtre. Vous avez vu à quelle vitesse la civilisation disparaît. Vos bonnes manières, votre éducation, votre héritage familial, toutes ces choses dont vous êtes si fier, tout cela s’est envolé en un clin d’œil, vous dévoilant tel que vous êtes vraiment. Un garçon armé d’un gourdin qui en frappe un autre à mort. C’est l’humanité dans sa plus simple expression.

     

     

    Un bon livre ! 

    « Ma très chère grande sœur
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :