• Titre : Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

    Auteur : Anna Gavalda

    Genre :  Nouvelle/Contemporaine

    Collection : J'ai Lu

     

    Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

     

    Résumé ; 

    Les personnages de ces douze nouvelles sont pleins d'espoirs futiles, ou de désespoir grave. Ils ne cherchent pas à changer le monde. Quoi qu'il leur arrive, ils n'ont rien à prouver. Ils ne sont pas héroïques. Simplement humains. On les croise tous les jours sans leur prêter attention, sans se rendre compte de la charge d'émotion qu'ils transportent et que révèle tout à coup la plume si juste d'Anna Gavalda. En pointant sur eux ce projecteur, elle éclaire par ricochet nos propres existences.

     

    Mon avis ;

    Je n'ai jamais été une grande fan de nouvelles, aussi je ne pensais pas vraiment l'apprécier, finalement j'étais loin du compte ; ce fut une énorme déception.

    Le livre est court et les 12 nouvelles se lisent vite, mais aucune ne m'a réellement marquée et il y en a certaines que je ne suis même pas sûre d'avoir bien compris. Je trouve que les scénarios manquent pour la plupart cruellement d'imagination et d'originalité.

    Certaines sont moins pires que d'autres, certaines sont tristes, d'autres cruelles, mais globalement je l'ai trouvé désastreux, et je ne comprends pas l'engouement qu'il a suscité, je sais bien qu'il en faut pour tous les goûts et pour ce livre je ne ferais pas partie de la majorité.

    Ne pas finir un livre ne m'est encore jamais arrivé mais là j'ai vraiment hésité à le terminer.

     

     

    L'important ce n'est pas le lieu ou on se trouve, c'est l'état d'esprit dans lequel nous sommes.

     

    On dit que l'armée, ça vous change un homme, personnellement, l'armée m'aura rendu encore plus pessimiste qu'avant.

     

    Regardez une femme enceinte : vous croyez qu’elle traverse la rue ou qu’elle travaille ou même qu’elle vous parle. C’est faux. Elle pense à son bébé.



    Mauvais ! Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Titre : Geisha (Titre original : Memoirs of Geisha)

    Auteur : Arthur Golden

    Genre :  Historique/Aventure

    Collection : Le Livre de Poche

     

    Geisha

    Résumé ; 

    À neuf ans, dans le Japon d'avant la Seconde Guerre mondiale, Sayuri est vendue par son père, un modeste pêcheur, à une maison de plaisir de Kyoto.

    Dotée d'extraordinaires yeux bleus, la petite fille comprend vite qu'il faut mettre à profit la chance qui est la sienne. Elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui fera d'elle une vraie geisha. Art de la toilette et de la coiffure, rituel du thé, science du chant, de la danse et de l'amour : Sayuri va peu à peu se hisser au rang des geishas les plus convoitées de la ville. Les riches, les puissants se disputeront ses faveurs.

    Elle triomphera des pièges que lui tend la haine d'une rivale. Elle rencontrera finalement l'amour...Écrit sous la forme de mémoires, ce récit a la véracité d'un exceptionnel document et le souffle d'un grand roman. Il nous entraîne au cœur d'un univers exotique où se mêlent érotisme et perversité, cruauté et raffinement, séduction et mystère.

     

     

    Mon avis ;

    Étant une grande fan du Japon et de son histoire, j'ai une grande passion pour les geishas. Les préjugés font que beaucoup de personnes confondent les geishas avec des prostituées (l'acte sexuel n'était pas obligatoire), avant tout c'est une artiste, c'est d'ailleurs la signification de Geisha. Geisha ou Geiko signifie "quelqu'un qui pratique ou vit par le gei (l'art)"

    Le fait d'avoir tous ces détails de la vie de Sayuri est très touchant, l’apprentissage est bien détaillé, les cours de danse, de Shamisen, de Tsutsumi, la cérémonie du thé etc... Aussi les détails du maquillage de la coiffure et des tenues m'ont beaucoup plu. Le repose-nuque dont elles se servent pour ne pas abîmer la coiffure m'a paru bien cruel. La coiffure, le maquillage ainsi que les kimonos varient en fonction de l’expérience de la geisha.

    Mais pour leur cultiver leur beauté elle ne peuvent opérer seules, en effet elles vont chez le coiffeur toute les semaines et un habilleur vient tout les jours pour leur mettre le kimono. Une fois que l'apprentie geisha (Maiko) est adoptée par une grande sœur (one-san) celle-ci lui prodigue de précieux conseils. La Maiko se doit de lui verser une partie de ses revenus, la réputation de la grande sœur est en jeu.

    Il y a aussi les sujets abordés plus sombres tel que le coût que la geisha doit rembourser à son okiya, la vente de son dépucelage, le fait qu'elles veuillent un "danna" pour subvenir à leurs besoins sans oublier la guerre.

    Les sentiments cachés qu'éprouve Sayuri pour le président m'on fait espérer tout au long du livre qu'ils finiraient ensemble, finalement nous n'avons le dénouement qu'à la fin. 

    Et finalement le personnage d'Hatsumomo me manqua, faut croire que j'aimais bien la détester.

    Bref un livre avec lequel on apprend énormément sur la vie des geishas.

     

    La douleur est une chose étrange. Nous ne pouvons rien contre elle. Pour moi, elle évoque une fenêtre qui s'ouvre à son gré. La pièce se refroidit, on ne peut que frissonner. Mais la fenêtre s'ouvre un peu moins chaque fois. Et un jour, la douleur s'est envolée.

     

    Je suis sure d'une chose, c'est que chacun des pas que j'ai fait, du jour où je vous ai rencontré sur ce pont, n'avait d'autre but que de me rapprocher de vous.

     

    On ne devient pas geisha pour s’épanouir ou se réaliser. Si on fait ce métier avant tout, c’est parce qu’on n’a pas le choix.

     

    Être Geisha, c’est être appréciée comme une œuvre d’art vivante.

     

    On ne parle bien de la souffrance seulement quand on l'a dépassée.

     

     

    Un coup de coeur ! Geisha

    Geisha

     

    Ce livre a connu une adaptation cinématographique Mémoires d'une geisha, sorti en 2006. Film que j'avais adoré

     

    Geisha

    J'en ai profité pour me faire ce marque page ;  

     

    Geisha

    Cerisier en fleur d'un coté et Geisha de l'autre.

    Pin It

    11 commentaires
  • Titre : La part des ténèbres 

    Auteur : Stephen King

    Genre : Horreur

    Collection : Editions Pocket

     

    La part des ténèbres

     

    Résumé ;

    Tu croyais pouvoir te débarrasser de moi. Tu pensais qu'avec un enterrement bidon pour mes fans et pour la presse, tout serait réglé. Tu te disais : "Ce n'est qu'un pseudonyme, il n'existe même pas." Tu te disais : "Fini George Stark, maintenant consacrons-nous à la vraie littérature…" Pauvre naïf ! Ça a dû te faire un choc quand tu as vu la fausse tombe grande ouverte, hein ? Et cette série de meurtres abominables ? Exactement comme dans nos romans ! Sauf que cette fois, c'est réel, bien réel. Non, ne t'imagine pas que tu vas pouvoir si facilement te débarrasser de moi, Je suis ton double, ta part de ténèbres… Et j'aurai ta peau !

     

     

    Mon avis ;

    Un King sombre, bien à son image, qui sait nous captiver tout au long du roman. La fin bien que prévisible est précisément décrite, l'horreur (et parfois le dégoût) est bel est bien au rendez-vous.

    Le personnage de Stark est effrayant mais il répugne et attise la curiosité, la relation qu'il entretient avec Thad est pour le moins troublante. J'ai beaucoup aimé Liz, bien que personnage secondaire le fait qu'elle se débatte pour protéger ses enfants m'a beaucoup touchée.

    Le thème du roman doit forcément nous rappeler que King a tout d'abord écrit sous le pseudonyme de Richard Bachman.

    Ce n'est pas mon préféré de S.King mais il reste très bon, psychologique et effrayant bien que peu connu.

     

    Les moineaux volent de nouveau.

     

     J'ai un rôle à jouer ici, se dit le policier. Un rôle secondaire, mais rappelle-toi ce que le type disait au cours d'art dramatique : il n'y a pas de petits rôles, il n'y a que des petits acteurs .

     

    Un bon livre !  

     

    Ce livre a connu une adaptation cinématographique La Part des ténèbres, sorti en 1993.

    Film que je n'ai pas encore eu l'occasion de voir.

    Pin It

    4 commentaires
  • Titre : L'Héritage, tome 4

    Auteur : Christopher Paolini 

    Saga : L'Héritage (Eragon)

    Genre :  Fantasy/Jeunesse

    Collection : Bayard jeunesse

     

    L'Héritage, tome 4

     

    Résumé ; 

    Il n'y a pas très longtemps, Eragon, le tueur d'Ombres, dragonnier, n'était qu'un pauvre garçon de ferme, et son dragon, Saphira, seulement une pierre bleue dans la forêt. Maintenant, le destin d'un peuple entier repose sur leurs épaules.

    De longs mois d'entraînements et de batailles ont rapporté des nombreuses victoires et de l'espoir, mais ils ont causé aussi des pertes déchirantes. Et puis, la réelle bataille n'a pas encore eu lieu : ils doivent affronter Galbatorix. Quand ils le feront, ils devront être assez fort pour le vaincre. Et s'ils ne le peuvent pas, personne ne le pourra. Il n'y aura pas de seconde chance.

    Le dragonnier et son dragon sont allés plus loin que personne n'aurait pu l'espérer. Mais peuvent-ils renverser le roi maudit et restaurer la justice en Alagaësia ? Et dans ce cas, quel en sera le prix ?

     

    Mon avis ;

    Une saga que j'aime beaucoup, et une saga qui se termine en beauté.

    La relation entre Saphira et Eragon est toujours aussi magnifique. J'aime beaucoup Murtagh, certains traits de caractère me font penser à Draco Malfoy (Harry Potter) personnage que j'aime beaucoup aussi, j'ai le chic pour adorer les personnages torturés je crois.

    J'ai aussi bien aimé le personnage de Roran qui à su me captiver, bien que par moments je n'avais qu'une envie savoir ce qui se passait pour Eragon.

    Le personnage de Brom me manque, depuis 3 tomes je ne suis toujours pas remise, j'aurais aimé qu'il soit encore présent.

    Glaedr est aussi très touchant.

    Le dernier dragonnier se fait attendre et le moins que l'on puisse dire c'est que j'ai été surprise.

    Les batailles sont aussi bien décrites on a vraiment l'impression d'y être, le combat contre Galbatorix fût un peu court à mon goût.

    Je suis globalement contente pour la fin, bien qu'il reste trop de mystères.

    Le fait de dire adieu à une saga fait toujours mal, surtout pour celle ci que j'ai toujours adoré. Mais je ne perds pas espoir, d'après les remerciements de l'auteur celui ci n'écarte pas l'hypothèse d'écrire un autre tome, si c'est le cas nul doute que je serais présente !

     

     

    Ne pas se faire d'ennemis de temps en temps, c'est de la lâcheté ou de l'hypocrisie.

    ___________________________________________________________________________________________________________

    Apprends à ceux que tu formeras à ne pas vivre dans la peur. 

    À petites doses, la peur est stimulante ; quand elle t'accompagne constamment, pesamment, elle ronge ton identité et t'empêche d'accomplir ce que tu sais devoir accomplir.

     

    Un coup de coeur ! L'Héritage, tome 4

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Titre : Tara Duncan, tome 07 : L'invasion fantôme

    Auteur : Sophie Audouin-Mamikonian

    Saga : Tara Duncan

    Genre :  Fantasy/Jeunesse

    Collection : Editions XO

     

    Tara Duncan, tome 07 : L'invasion fantôme

     

    Résumé ; 

    Une brèche s'est ouverte avec l'au-delà. Des millions de fantômes envahissent AutreMonde, la planète de Tara, avides de trouver un corps où se réincarner. De préférence le corps de quelqu'un d'important. Ceux qu'ils ne peuvent posséder, ils les tuent. En quelques heures, l'Impératrice, les Ministres, tous les représentants du pouvoir sont possédés. Les fantômes sont les maîtres d AutreMonde.

    Tara est la seule à avoir réussi à leur échapper. Terrée dans un recoin secret, elle cherche désespérément un moyen de contrer l'invasion.

    Car on n'abat pas AutreMonde comme ça.

    La Résistance s'organise dans l'ombre, et Tara va en prendre la tête

     

    Mon avis ;

    Une saga que je prends toujours autant de plaisir à lire (bien qu'elle soit jeunesse).

    Comparée trop souvent à tort avec Harry Potter je trouve que les points communs majeurs sont la magies et les adolescents, ce qu'on retrouve dans beaucoup d'autres livres.

    Cette aventure à été forte en émotions et introduisant un nouveau personnage dont le mystère est entier, les révélations n'apparaissent qu'à la fin du tome.

    Je l'ai un peu moins appréciée que les autres tomes, dû au fait qu'il manque un personnage que j'appréciais beaucoup, un autre qui ne fait qu'une brève apparition, et que le reste du "MagicGang" est séparé, mais il reste excellent et l'humour marche toujours autant. 

    J'ai hâte de pouvoir découvrir le huitième tome !

     

    Et l'auteure adore J.R.R Tolkien ce qui nous fait un point commun !

     

    "Tu sais ce qu'est un héros mort ?  

    - Euh ... non ?  

    - Un cadavre."

     

    Un coup de coeur ! 

    Pin It

    2 commentaires
  • Titre : Le silence des Agneaux 

    Auteur : Thomas Harris

    Saga : Hannibal Lecter

    Genre : Policier / Horreur

    Collection :  Presses Pocket

     

    Le silence des Agneaux

     

    Résumé ; 

    Le FBI est mis en échec par un psychopathe qui accumule les meurtres dans le seul but de récupérer leur peau. Lorsqu'il enlève la fille d'un sénateur, les fédéraux confient à la jeune Clarice Starling, encore élève stagiaire, l'inquiétante mission d'interroger le Dr Hannibal Lecter, emprisonné à vie pour meurtres et cannibalisme. L'ancien psychiatre, grâce à ses connaissances sur la psychologie des déviants criminels, reste la seule personne à pouvoir mettre le FBI sur la piste du tueur. Lecter accepte de communiquer avec Clarice mais à la condition qu'elle dévoile ses peurs, ses souvenirs d'enfance. En échange, il va peut-être l'aider à retrouver le tueur...

    Mon avis ;

    Je suis tombée sur ce livre par hasard et je ne savais absolument pas que c'était le tome 2, heureusement je n'ai pas eu besoin de lire le 1 pour comprendre l'histoire.

    On suit Clarice une jeune recrue du FBI, pour laquelle j'ai vite ressenti de l'affection, elle n'est pas stéréotypée héroine, elle fait son bout de chemin même si on lui met des bâtons dans les roues.

    J'ai bizarrement bien aimé le personnage du Dr.Lecter, il est complexe et bien que ce soit un tueur on a plus l'impression qu'il vaut s'amuser et qu'il s'attache à Clarice d'une certaine manière. Je n'ai pas arrété d'avoir l'image d'Anthony Hopkins quand je lisais ses passages.

    Crawford quant à lui, traverse une période difficile mais sait rester très professionel et croit en Clarice. J'aurais bien aimé en savoir plus sur lui.

    Un livre vicieux, en effet il est composé de courts chapitres, et j'ai beau essayé le fameux "un dernier chapitre avant de dormir" sans succès, il fallait toujours que je poursuive ma lecture jusqu'au milieu de la nuit. Mais je l'ai beaucoup apprécié et je compte bien lire le tome 1 et 3.

     

    Le mal, c'est seulement être destructeur ? Si c'est aussi simple que ça, les tempêtes sont malfaisantes. Le feu, la grêle. Ce que les assureurs appellent des catastrophes naturelles.

     

    Un bon livre ! Le silence des Agneaux

     

    Pin It

    4 commentaires
  • Titre : L'Exorciste 

    Auteur : William Peter Blatty

    Saga : L'Exorciste

    Genre : Horreur

    Collection : J'ai lu

     

    L'Exorciste

     

    Résumé ; 

    Pour Chris MacNeil et sa fille Regan, une adolescente de quatorze ans, la vie s'écoule heureuse et aisée dans un quartier bourgeois de Washington. Et puis, un jour, des bruits étranges résonnent dans la calme demeure, des objets disparaissent, des meubles sont déplacés. Quant à Regan, d'étranges métamorphoses la défigurent, des mots obscènes jaillissent de sa bouche. Tandis que peu à peu la personnalité de l'enfant se disloque face aux médecins impuissants, la police est saisie d'horreur devant l'atroce vérité. Damien Karras, prêtre et psychiatre, sera-t-il le seul recours ?

     

     

    Mon avis ;

    Un livre un peu long à démarrer, mais une fois dedans je n'ai pas pu le lâcher, surtout vers la fin.

    Je l'ai globalement apprécié, bien que certains passages soient écoeurants; mélanger religion et sexe sur une petite fille de 14ans est assez choquant.

    Il n'y a pas beaucoup de personnages très developpés, sortis des personnages principaux on n'a presque aucune information sur les autres.

    Ce livre est vraiment preant et je n'aurais pas soupconné une fin comme celle ci.

    Je n'ai pas vu le film, mais je pense le faire, pour pouvoir comparer avec le livre.

     

     

    N'approchez pas ! La truie est à moi !

     

    Un bon livre ! L'Exorciste

     

    Pin It

    2 commentaires
  • Titre : Les catilinaires 

    Auteur : Amélie Nothomb

    Genre : Contemporaine

    Collection : Le Livre de Poche

     

     

    Résumé ; 

    La solitude à deux, tel était le rêve d'Emile et de Juliette.

    Une maison au fond des bois pour y finir leurs jours, l'un près de l'autre. Etrangement, cette parfaite thébaïde comportait un voisin. Un nommé Palamède Bernardin, qui d'abord est venu se présenter, puis a pris l'habitude de s'incruster chez eux chaque après-midi, de quatre à six heures. Sans dire un mot, ou presque. Et cette présence absurde va peu à peu devenir plus dérangeante pour le couple que toutes les foules du monde...

     

     

    Mon avis ;

    Un livre bien court (lu en 1h30) et où je retrouve l'Amélie Nothomb de ses débuts. Bien que ce ne soit pas mon livre préféré d'elle, Stupeur et tremblements ayant été un gros coup de coeur, je l'ai tout de même assez apprécié.

    Une histoire bien intrigante, et des personnages très particuliers ; 

    M.Bernandin est le personnage le plus étonnant ; s'inviter chez les gens pendant 2h tout les jours en ne parlant que très peu est plûtot une manie spéciale. Sa femme est tout aussi originale, elle communique encore moins que son mari, est répugnante, occupant son temps en mangeant et dormant.

    Les monologues d'Emile sont souvent longs et ennuyeux, et finalement j'ai eu du mal à comprendre ce personnage vers la fin (et le fait qu'il considère sa femme comme son enfant aussi m'a bien perturbée). Quant à Juliette, je l'ai trouvé très gentille, voulant tout faire pour aider Mme Bernadin, affectueusement surnommée "kyste" par Emile.

    En bref ce livre est vraiment étrange, mais fait passer un bon moment.

     

    Il n’y a rien qu’un être humain fasse une seule fois. Si un être humain fait une chose un jour, c’est que c’est dans sa nature. Chaque personne passe son temps à reproduire les mêmes actes.

     

    Un bon livre ! 

     

    Pin It

    7 commentaires
  • Titre : 20 000 lieues sous les mers

    Auteur : Jules Verne

    Genre : Aventure / Classique

    Collection : Le Livre de Poche

     

     

    Résumé ; 

    1866. L'apparition d'une bête monstrueuse aux quatre coins des mers défraie la chronique. L'animal rapide, fusiforme et phosphorescent est responsable de plusieurs naufrages, brisant le bois des navires avec une force colossale. Le scientifique français Pierre Aronnax du Muséum d'histoire naturelle de Paris, en voyage d'affaire à New York, émet l'hypothèse d'un Narval géant. Les compagnies d'assurances maritimes demandent à ce que le monstre soit éliminé sous la menace de devoir augmenter leur tarifs.

    Une grande chasse est alors organisée à bord de l’Abraham-Lincoln. Aronnax reçoit une lettre du Secrétaire de la Marine américaine lui demandant de rejoindre l’expédition pour représenter la France. Le scientifique embarque avec son fidèle domestique flamand, Conseil. A bord, ils font la connaissance de Ned Land, harponneur canadien renommé, engagé pour capturer l'animal. Après des semaines de navigation, la confrontation avec le monstre a enfin lieu, et l’Abraham-Lincoln est endommagé. À l'issue d'un choc entre le monstre et la frégate, Aronnax, Conseil et Ned sont projetés par dessus bord. Ils échouent finalement sur le dos du monstre, qui n'est autre que le Nautilus, un sous-marin commandé par le capitaine Nemo qui fuit le monde de la surface.

     

    Mon avis ;

    Livre qui me tentai depuis un moment et je n'ai jamais eu l'occasion de le commencer alors quand on m'a proposé d'en faire une lecture commune, je suis directement allée l'organiser.

    Ce livre m'a moyennement plu, je ne l'ai pas autant apprécié que Le tour du monde en 80 jours.

    J'ai pouratant aimé voyager avec Aronnax, Ned et le dévoué Conseil, d'ailleurs les chamailleries de ces deux derniers m'on fait rire à plusieurs reprises.

    Le capitaine Nemo est un personnage très enigmatique pouvant se montrer dur et cruel, mais son point de vue se comprend, échapper à la terre peut parfois faire beaucoup de bien. Son équipage reste invisible si bien qu'on ne sait pas grand chose sur ces personnages et leurs buts.

    Il y a beaucoup de termes scientifiques et de descriptions très détaillées qui m'ont par moment, il faut bien l'avouer, ennuyée, il y a une scène avec le requin, dont je me serais aussi passée de certains détails.

    Bien que j'ai trouvé ce livre assez long je ne l'ai pas détesté pour autant, mais je dois avouer qu'il est à la limite du mauvais point.

     

    La mer est le vaste réservoir de la nature. C'est par la mer que le globe a pour ainsi dire commencé, et qui sait s'il ne finira pas par elle ! Là est la suprême tranquillité. La mer n'appartient pas aux despotes. À sa surface, ils peuvent encore exercer des droits iniques, s'y battre, s'y dévorer, y transporter toutes les horreurs terrestres. Mais à trente pieds au-dessous de son niveau, leur pouvoir cesse, leur influence s'éteint, leur puissance disparaît ! Ah ! monsieur, vivez, vivez au sein des mers! Là seulement est l'indépendance ! Là je ne connais pas de maîtres ! Là je suis libre !

     

    Moyen ! 

     

    Avis : Sharon, Kincaid40, Anasette, nadou_971, BouQuiNeTTe, coldtroll

     

    Pin It

    10 commentaires
  • Titre : Kay Scarpetta, tome 06 : Une mort sans nom 

    Auteur : Patricia Cornwell

    Saga : Kay Scarpetta 

    Genre : Thriller/Policier

    Collection : Le Livre de Poche

     

    Kay Scarpetta, tome 06 : Une mort sans nom

     

    Résumé ; 

    Le quotidien du médecin légiste Kay Scarpetta, déjà bien encombré de violence et de mort, va basculer dans l'horreur. Une jeune femme inconnue, retrouvée nue dans la neige, adossée à une fontaine de Central Park, porte de toute évidence les signes du rituel morbide de Temple Gault. Voici que resurgit le meurtrier psychopathe qui a échappé à toutes les polices en laissant dans la mémoire de Kay une blessure à vif. L'enquête menée avec ses collègues policiers Marino et Wesley lui fait très vite comprendre que le tueur a un compte personnel à régler avec elle, que tous les moyens sont bons pour la terroriser, y compris le harcèlement de son adorable nièce, la reine de l'informatique.

     

     

    Mon avis ;

    La suite de la saga de Scarpetta me plait toujours autant.

    J'ai trouvé ce tome plus captivant que les précédents, en effet le fait de rechercher un tueur qui était toujours en cavale le rend très difficile à lâcher.

    La course est effrénée, la tension monte crescendo, les personnages prennent plus de risques et le coté romance n'a même plus le temps d'être présent. Le mystère entourant la victime n'est révélé que vers la fin, et on arrête pas de faire des suppositions tout au long du livre.

    Lucy est de plus en plus indispensable à l'enquête pour mon plus grand plaisir, je me suis beaucoup attachée à ce personnage.

     

    Le ciel de neige était gris et humide mais il n'avait pas l'air aussi triste que lorsqu'il pleuvait. Je m'interrogeai sur cette particularité : pourquoi la neige est-elle toujours douce alors que la pluie semble plus dure, plus froide aussi ?

     

    Un bon livre ! Kay Scarpetta, tome 06 : Une mort sans nom

     

    Pin It

    votre commentaire